Lecture : Les enfants du crépuscule

Publié le par Kyaraddict

Lecture : Les enfants du crépuscule

Ma note : 19/20

Bonjour,

Une fois n’est pas coutûme, j’ai lu un livre… déjà lu ! Normalement, les films comme les livres, je ne les regarde qu’une fois. Je me dis qu’il y a tellement de choses à lire et voir que je me dis que c’est perdre du temps que de le faire deux fois.

Mais là, c’était y a plus de 15 ans, chez ma tante, donc ça ne compte pas !

Et ce récit, « Les enfants du crépuscule », c’est celui de Torey Hayden, américaine née en 1951, psychologue pour enfant spécialisée dans les cas de mutisme sélectif.

Ce sont des livres relativement vieux mais qui doivent être réédités car je les ai vus dans les magasins en ce moment. Celui dont je vous parle est le plus récent puisqu’il date de 2005.

Le Pitch ? Nous allons suivre 3 histoires. Celle de Cassandra, fillette de 9 ans, qui allie moment de silence, de violence, de mensonge et de manipulation. Enlevée par son père pendant plusieurs l’année, elle est de retour chez elle et doit apprendre à gérer son passé.

Celle de Drake, petit garçon de 4 ans, mignon comme un cœur. Il ne parle absolument pas, sauf à sa mère, Lucia. Le père est invisible et vit dans l’ombre du grand-père de Drake qui dirige les opérations pour que tout soit parfait.

Celle de Gerda, vieille dame de 82 ans qui suite à un AVC ne parle plus du tout. Sur demande d’une infirmière, Torey essaie de voir si elle peut aider cette dame, si son problème est psychologique ou dû à cet AVC.

Mon Avis ? Je me suis attachée à Drake, un peu moins à Gerda, peut-être parce que je suis plus touchée par les enfants que par les personnes âgées. Pour Cassandra, c’est plus compliqué. Son côté manipulateur, mauvais, l’a rend un peu détestable. Même si ça peut sembler politiquement incorrect de ne pas aimer un enfant.

Malgré cela, j’avais envie de connaître le dénouement de chaque histoire.

Franchement, je suis ravie d’avoir relu ce livre et je pense que je vais tous les relire !

J’ai eu envie de rire, de pleurer, de vomir, de tuer ces gens qui sont inhumains et maltraitants envers des enfants innocents.

Du haut de mes 30 ans, avec les années, je pense que j’ai plus profité et ressenti de choses qu’il y a 15 ans, adolescente. Je ne me souviens pas avoir ressenti autant de chose à l’époque et c’est normal.

Une Conclusion Peut-être ? Je me suis demandé que serait devenue Cassandra, si elle n’avait pas rencontré Torey. Quelle adulte aurait-elle été Que deviennent ces enfants qui n’ont pas cette chance ? Comment surmontent-ils ce genre d’horreur ?

Les adultes « monstrueux » qui ont vécu ce genre de traumatisme sont-ils excusables ? Peut-on les comprendre, leur pardonner ?

Elle dit quelque chose de très juste, les gens malheureux n’ont pas choisi d’être malheureux et sont incapable de faire mieux.

On ne peut pas leur pardonner et les excuses de certains actes graves mais on peut les comprendre et remercier la Vie de ne pas avoir connu ce genre de traumatismes.

Bref, parce que ça nous rappelle que d’enfants vivent des choses horribles mais que c’est possible de s’en relever et de vivre après cela. Parce que ces témoignages sont éprouvants et réels…

Publié dans Lecture

Commenter cet article

Mag79 09/02/2015 09:39

Pas encore lu celui-ci, j'avais été bouleversée par "l'enfant blessée" et "l'enfant qui ne pleurait pas".